Le site de la détente et du divertissement.
 
Acceuil de DesopiloAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un texte particulier...

Aller en bas 
AuteurMessage
Squalljon013

avatar

Masculin
Nombre de messages : 256
Age : 26
Localisation : Terre
Emploi : Escalve dans une école
Loisirs : le rire , les jeux,...
Date d'inscription : 12/06/2007

MessageSujet: Un texte particulier...   Jeu 15 Nov - 22:54

Ils sont partis trois ans, ils ont courus trois ans, bravant tourbillons, ouragans ou typhons, du Labrador aux Fidji, du Cap Horn à l'Alaska, d'Hawaii au Kamtchatka.

A minuit, au gaillard d'avant, il y avait Starbuck, Daggoo, Flask, Stubb, du Cap-Cod, Dough-Boy. Pip jouait du tambourin. On chantait:

Oh yo Oh yo

Pour un flacon d'Alcool !

Un marin nantuckais immortalisait un combat colossal qui, par trois fois, opposait Achab au grand Cachalot blanc, à Moby Dick. Moby Dick! Son nom glaçait jusqu'aux plus forts, un frisson convulsif parcourut l'octogonal tillac. Moby Dick ! L'animal d'Astaroth, l'animal du Malin. Son grand corps blanc qu'un vol d'albatros partout, toujours, accompagnait, faisait, aurait-on dit, un trou au mitan du flot, un noyau blanc sur l'horizon azur, qui vous fascinait, qui vous attirait, qui vous horrifiait, trou sans fond, ravin blanc, sillon fulgurant d'un courroux virginal, couloir qui conduisait à la mort, puits vacant, profond, lacunal, vous aspirant jusqu'à l'hallucination, jusqu'au tournis ! Huis blanc d'un Styx plus nois qu'aucun goudron, tourbillon blafard du Malström ! Moby Dick ! On n'y faisait allusion qu'à mi-voix. Signons-nous, disait parfois un bosco pâlissant. L'on voyait plus d'un marin murmurant tout bas un dominus vobiscum.

Alors, apparaissait Achab. Un sillon profond, d'un blanc blafard, traçait son cours parmi son poil gris, striait son front, zigzaguait, disparaissait sous son col. bancal, il s'appuyait sur un pilon ivoirin, moignon royal qu'on façonna jadis dans l'os palatin d'un grand rorqual.

Il surgissait, tonnant, hagard, maudissant l'animal qu'il pourchassait voici dix-huit ans, il lui lançait d'insultants jurons.

Puis, au haut du grand mât, il plantait, il clouait un doublon d'or, l'offrant à qui saurait voir avant tous l'animal.



Ce texte a quelque chose de particulier !

Mais quoi ?

A vous de trouvez !

Je vous le dirait un jour si vous ne savez pas clown1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.desopilo.fr.nf
 
Un texte particulier...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Texte particulier
» texte word en JPG
» Gwendalavir, le guide touristique
» La jeune fille et ses colombes (texte de Masirène, toile de Shérazade)
» activer la saisie prédictive lors de l' écriture d'un texte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Desopilo :: Détente :: Coin détente-
Sauter vers: